Working with the bestJean-Fred Chapuis

Jean-Fred Chapuis

Une médaille olympique, 3 globes de Cristal, Jean-Fred Chapuis a gagné tous les titres possibles en Ski Cross. Au cours de sa carrière, Jean-Fred a aussi vu défiler les différents prototypes de l’airbag In&motion et, avec l’ensemble de l’équipe de France, nous a aidé à finaliser ce produit qui est désormais porté par un grand nombre de skieurs professionnels.
Nous avons abordé la chute, l’adrénaline, son rapport au ski mais également à la moto. Cette interview nous a replongé dans le passé d’In&motion, et nous vous invitons à faire ce  voyage entre nostalgie et vision du futur.

13/06/2022 – Photos & Vidéo: Alban Nieroz Studio – Temps de lecture: 10 min

Qui es-tu ? 

Alors qui suis-je ? Je suis une personne d’1m72, sportive qui aime le risque.

Est ce que tu peux nous parler de ton rapport au ski et aussi à la moto? 

Je vais commencer par le ski, j’ai fait pendant 12 ans du skicross en coupe du monde. Le skicross c’est une épreuve un peu comme le moto cross, on part 4 par 4 avec des virages relevés, des sauts et le but c’est d’arriver le premier en bas. 

Je fais de la moto dans mon temps libre et en fait les deux choses qui me plaisent le plus dans ces deux sports c’est l’adrénaline qu’ils procurent. Le côté aller à la limite sans trop la dépasser.

Tu as été un peu pionnier dans le skicross, ça fait quoi d’être parmi les premiers à se lancer dans une discipline 

Pionnier, je dirais que je n’étais pas pionnier du skicross parce que il y a eu des générations avant moi après c’est sur qu’on fait partie des premières générations de ski crosseurs. On a vu évoluer les parcours. Au début on était vraiment peut être trop dans l’engagement, dans les parcours vraiment extrêmes. 

Là on a changé un peu et je pense que toute l’évolution du skicross avec toute la technologie qu’il y a pu avoir autour de ce sport nous ont permis d’être beaucoup plus en sécurité même si comme je le dis, le risque fait vraiment partie du sport. 

En 12 ans, tu as senti qu’il y a eu une vraie évolution ? 

Oui en 12 ans il y a eu un avant et un après donc déjà par le matériel, le matériel que ce soit les skis, les combinaisons, les protections. Tout a évolué et après aussi le côté parcours donc la construction des parcours, où les sauts ont un peu diminué. Ils n’ont pas été taillés de la même façon pour justement privilégier un peu la sécurité. 

Pour un athlète de haut niveau, qu’en est-il des ressentis en compétition et en entraînement, est-ce que ce sont les mêmes émotions ou est-ce que c’est complètement différent?

Je dirais que je n’ai pas du tout les mêmes sensations à l’entraînement ou en compétition. À l’entraînement, l’objectif, c’est de développer mes facultés physiques, ma technique. Après, quand je rentre en mode course, je suis vraiment dans ma bulle et je pense que j’ai ce petit supplément d’adrénaline qui fait que je peux pousser les choses un peu plus loin sans dépasser cette limite parce que dès que je dépasse cette limite, et bien c’est la chute ou la blessure. 

Justement, la chute ça représente quoi pour toi? 

En 12 ans j’ai pris quelques chutes ! La chute pour moi c’est déjà un dépassement de mes limites, une sorte d’échec parce que quand on tombe c’est qu’on n’est pas arrivé à notre objectif. L’idéal c’est qu’elle se passe sans gravité mais bon souvent ça secoue quand même quand on prend les filets à 90km/h ou quand on se pose sur le dos après 20 ou 30 mètres de saut ce n’est pas hyper sympathique et puis au delà de ça, le corps d’un athlète dès qu’on tombe, forcément on le blesse un peu et la phase de rééducation ou de remise en forme peut être plus ou moins longue. 

Quel rôle joue l’équipement dans tout cela ? 

Forcément grâce à l’airbag on limite les dégâts physiques et on limite aussi le choc parce que si on se pose sur le dos avec ce petit matelas d’air grâce auquel le coup va être absorbé, on aura moins mal, c’est important. 

Tu as vécu l’avant et l’après de l’airbag, est ce que tu te souviens de ta première réaction ?

Alors il y a eu l’avant et l’après airbag. Avant l’airbag on avait juste une protection dorsale simple avec des bretelles et on a attaqué, que je dise pas de bêtises, il me semble vers 2013 / 2014 à découvrir le premier airbag. 

C’est Valentin, un des ingénieurs d’In&motion qui est venu avec nous sur le terrain et qui a développé petit à petit ces airbags. Je crois que la première fois quand il est venu on s’est dit oula lui c’est un fou, il a l’air de savoir un peu ce qu’il fait quand même. 

C’est intéressant, c’est vraiment un bon en avant dans notre sport et pour notre sécurité donc on lui a fait pleinement confiance et il s’est impliqué à 200% pour nous livrer un airbag. Les premières versions, comme toutes les premières versions, étaient des prototypes donc il y avait quand même pas mal de choses à améliorer mais chaque fois il revenait la semaine ou le mois d’après avec l’amélioration et aujourd’hui je pense qu’on a un superbe produit. 

Et de ta réaction la première fois que tu l’as porté?

La première fois que j’ai enfilé le prototype de l’airbag, je me suis dit waou il est quand même un peu dur parce que Valentin avait quand même fait ça de manière costaud quoi, des grosses plaques en carbone, tu ne pouvais plus trop bouger quoi, c’était vraiment une carapace de tortue et on lui a dit “bon Valentin il faut un truc un peu plus souple il faut quand même qu’on arrive à bouger” et oui aujourd’hui on a vraiment une protection dorsale souple, la poche qui se gonfle autour on ne la sent quasi pas et c’est comme un gilet de protection normal. 

La première fois que tu as chuté avec, ça t’as rassuré? 

Alors la première fois que j’ai chuté avec c’était en course à la finale,  sur  ma dernière course de Coupe du monde de l’année et avant ça je n’avais jamais vécu de gonflage. J’avoue que ça m’a fait quand même un peu bizarre, et je pense que les gens aussi parce que esthétiquement j’avais quand même doublé de volume. Une personne d’1m70 qui fait peut être 150kg du coup une fois gonflé ! Mais oui c’est rassurant et c’est vraiment un plus pour notre sécurité. 

Comment s’est fait l’acceptation de cette nouvelle contrainte dans ton sport et aussi l’interaction avec l’équipe In&motion?

Au début, on ne va pas se le cacher quand Valentin est arrivé, on était un peu superstitieux. Superstitieux ce n’est peut être pas le mot mais on regardait ça un peu avec pas mal de recul, on n’y croyait pas autant que lui c’est sûr. Et puis il a réussi à nous convaincre de le porter et après on a développé vraiment cette relation, et cette évolution de l’airbag, et cette construction de l’airbag on l’a faite ensemble. Chaque fois qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas, il arrivait à nous le changer, on lui expliquait et ces centaines, ces milliers d’échanges qu’on a eu ensemble ont fait qu’on a pu arriver à un produit qui nous allait bien, même super bien et grâce à lui, grâce à nous et à cette relation d’échange, on est arrivé à construire cet airbag qui marche super bien aujourd’hui. 

Est ce que tu te souviens du déclic, du moment ou tu t’es dis « ça va être compliqué et puis c’est contraignant” et puis que ça fait partie de ton matériel classic, je me l’approprie, je ne pars pas sans car je ne suis pas très serein.. 

Au début, je ne le cache pas du tout, quand Valentin nous a sorti son premier prototype moi je ne courais pas avec parce que je sentais qu’il était un peu dur et que ça me gênait mais je ne m’en suis jamais caché, je lui ai dit “bon je ne cours pas avec parce qu’il y a ça, ça, ça”. Et l’année d’après il est revenu avec un nouvel airbag, un nouveau prototype, ça allait déjà mieux, je ne courrais toujours pas avec. Et la 3ème version a été la bonne et là, du moment que les problèmes que je ressentais avec les deux premiers prototypes ont été résolus, je ne voyais plus de problème pour ne pas le mettre et en plus de ça j’ai eu une ou deux chute à l’entraînement avec l’airbag et chaque fois que ce soit moi ou mes collègues de l’équipe, je pense qu’il a servi, qu’il a beaucoup aidé à nous protéger et je pense que plus on vieillit, plus on prend conscience des risques qu’on encourt. Années après années je me suis dit, finalement j’ai bien fais de le mettre, c’est un plus pour ma sécurité je peux continuer à m’engager à 100%, je peux aller m’approcher de cette limite et si je la dépasse, ça ne sera pas trop grave, enfin moins grave. 

Est ce que tu te souviens d’une chute qui t’as marqué en tant que spectateur? 

Il y a une chute qui m’a marqué dans toute ma carrière de skicrosseur, je dirais que c’était en 2017, on faisait un camp d’entraînement à Val Thorens en fin de saison et François Place, un des skieurs de l’équipe de France, est parti en avant sur un saut, il a fait comme un front flip et il s’est posé vraiment plat dos, au début de la réception donc à plat et bon j’était juste derrière en ski donc j’ai réussi à l’éviter et je me suis dis bon bah là le gars on va le ramasser à la petite cuillère et on est remonté rapidement en courant. Ça lui avait juste coupé la respiration mais lui rien et le lendemain matin de nouveau.. un peu des courbatures mais vraiment rien et ça, ça m’a encore plus persuadé à me dire que l’airbag c’est indispensable. 

La recherche de performance est relativement importante, ça fait partie de ton métier, est ce que en te sentant en sécurité ça te permet d’améliorer ta performance? 

Dans le sport de haut niveau, tout, tout est important. Le moindre petit détail peut faire la différence et plus on s’approche du haut de la pyramide, plus le souci des détails doit être vraiment important. Et si on peut gagner un peu en se disant bah là je suis plus en sécurité, je peux aller un peu plus loin dans ma prise de risque, un peu plus loin dans ma trajectoire que je vais un peu plus tendre dans le saut où je suis obligé de me relever un peu plus tard pour l’amortir, ça va me faire gagner… c’est peut être juste des centièmes mais au final, à la fin de la descente, à la fin de la carrière, ces centièmes soit ils ont basculé de mon côté ou soit ils ont basculé de l’autre côté et si ils ont basculé de l’autre côté, c’est perdu. C’est pour ça que chaque petit détail compte, chaque chose que je peux mettre de mon côté pour performer, je le prends et je n’hésite à aucun instant. 

Il y a le 100% et en dessous il y a cette zone un peu floue où cette zone floue, en fait le but c’est que plus on est performant plus on va arriver à diminuer cette zone floue et si elle a attaqué au début à 80% mais si j’arrive à m’entraîner et à réduire pour l’amener en étant en contrôle à 90%, c’est là où je vais gagner et si.. enfin, justement chaque petit élément va me permettre d’aller un peu plus là sans jamais dépasser cette limite fatidique où bah là c’est la chute ou la blessure. 

Est ce que c’est devenu un automatisme dans ton équipement?  

Tout à fait ! Aujourd’hui la routine enfin mon équipement de base on va dire quand je vais au ski, en compétition bah c’est le casque, les lunettes, les gants et mon airbag chargé, allumé aussi. 

Tu dirais quoi toi à une personne qui hésite à s’équiper? 

Une personne qui hésite à s’équiper, je lui dirais de se poser les bonnes questions. Finalement qu’est ce qu’on est prêt à faire pour la sécurité de son corps? Dit brutalement, qu’est-ce qu’on est prêt à faire pour ne pas se faire mal quoi? Est ce qu’on préfère mettre un airbag ou ne pas mettre d’airbag et tomber, peut être risquer de se casser le dos ou mettre un airbag, tomber, avoir quelques bleus mais finalement la semaine d’après d’être de nouveau sur les skis en pleine forme? 

As-tu une anecdote à nous raconter où l’airbag t’a bien servi ? 

Pour la petite anecdote avec mon airbag c’était la première coupe du monde de la saison en Chine. Je tente un dépassement sur un adversaire, je tombe et d’ailleurs à la sortie du virage il y avait une grosse marche comme un saut d’environ un bon mètre 50 – 2 mètres et je suis vraiment tombé sur les fesses, bas des fesses, dos et l’airbag heureusement pour moi s’est déclenché. Ça a amorti la chute et grâce à ça, la semaine d’après, j’étais au départ de la coupe du monde d’après et sans séquelle et sans rien du tout et je pense que j’étais vraiment content de cet airbag et du service qu’il m’a rendu. 

L’airbag existe aussi une moto, est ce que ça pourrait devenir un automatisme de te dire que tu vas prendre l’airbag aussi pour la moto? 

Je pense qu’aujourd’hui on est vraiment dans le début de l’airbag. C’est comme au début les gens faisaient de la moto sans casque, aujourd’hui, pas tout le monde fait de la moto avec l’airbag mais dans une dizaine d’années je suis persuadé que pour faire de la moto ce sera le casque, les gants et l’airbag. 

Est ce que tu peux nous donner ta vision de demain? 

Ma vision de demain : on met la technologie au service de notre sécurité et l’airbag c’est vraiment l’outil de sécurité de demain. 

Pour envisager demain sereinement, de quoi a-t-on besoin? 

Que ce soit dans mon sport ou dans mon loisir, la sécurité de demain passera par les gants, le casque et l’airbag. 

We suggest you visit our website designed especially for your location to get the right content and product availability.

In&motion

Votre navigateur est obsolète

Pour profiter du site,
merci de mettre à jour votre navigateur